Les Initiatives d’excellence se limitent à cinq régions

03Fév12

Le premier ministre François Fillon a annoncé aujourd’hui à Bordeaux les cinq lauréats de la deuxième vague des « Initiatives d’excellence » (les désormais fameuses « Idex ») du programme des « Investissements d’avenir », le grand emprunt Sarkozy.

Les nouveaux lauréats sélectionnés par un jury international sont l’université d’Aix-Marseille, l’université de Toulouse, l’incontournable campus Paris-Saclay autour de Paris 11 et les deux regroupements parisiens Sorbonne Université (Paris 2, 4 et 6) et Sorbonne Paris Cité (Paris 3, 5, 7 et 13).

Ces cinq projets complètent la première vague qui avait récompensé les projets de l’université de Strasbourg (dotée de 750 millions d’euros), de Bordeaux (700 millions) et le projet Paris Sciences et Lettres, qui regroupe douze grandes écoles et l’Université Paris-Dauphine (750 millions).

Qu’en retenir ? D’abord que la nouvelle carte de l' »excellence » universitaire comprend au jour d’aujourd’hui huit sites et huit sites seulement. Depuis le début du processus, ses promoteurs visaient l’émergence de cinq à dix pôles pluridisciplinaires de rang mondial. A moins d’un troisième tour, évoqué il y a quelques mois, on en resterait à une carte de France excluant des pôles aussi importants que Lyon/Saint-Etienne (finaliste malheureux des deux vagues), Rennes (et le grand ouest) ou le grand Nord (tous les deux même pas présélectionnés dans la deuxième vague) ! La carte des recalés comprend aussi Paris-Est, Nanterre et Hautes Études-Sorbonne-Arts et Métiers (sous le nouveau nom de Paris novi mundi université, avec Paris 1) côté francilien, ainsi que Bourgogne Franche-Comté, Grenoble et l’université de Lorraine en province. Excusez du peu ! Et c’est sans parler des universités qui n’ont pas été pré-sélectionnées ou qui n’ont pas même postulé…

Si on admet que tous les étudiants des universités lauréates vont directement bénéficier des Idex, les huit « excellents » lauréats totalisent 450 000 personnes soit moins d’un étudiant français sur trois. Onze des quinze plus gros campus en nombre d’étudiants ne sont pas concernés : Nantes, Lyon 1 et 2, Paris 10 et 12, Toulouse 3, Lille 2, Caen, Dijon, Nice et Rennes 1. Plus surprenant encore, un tiers des quinze universités françaises en tête du Quacquarelli Symonds World University Ranking n’y figurent pas non plus : Grenoble 1, Montpellier 2, Lille 1, Lyon 1 et Nancy 1…

Deuxième leçon : la nouvelle donne universitaire est une prime aux cumulards. Paris 13 se retrouve deux fois lauréate, à la fois sur les Idex (avec Sorbonne Paris cité) et sur l’Opération campus (le premier gros appel à projets de l’ère Sarkozy), avec le campus Condorcet (doté de 450 millions d’euros) auquel elle participe également. Même chose pour Aix-Marseille (déjà doté de 500 M€ sur l’Opération campus), Bordeaux (475 M), Strasbourg (375 M), Toulouse (350 M), Sorbonne Paris Cité (200 M), Sorbonne Universités (130 M) et Paris Sciences et Lettres (70 M) .

Une palme spéciale pour Paris-Saclay, qui touchera au final 850 M € sur l’opération campus, mais également 1 milliard à la faveur d’un processus complétement dérogatoire dans le cadre des Investissements d’avenir ainsi qu’une nouvelle dotation supplémentaire dont le montant reste à préciser, dans le cadre des Idex !

Publicités


No Responses Yet to “Les Initiatives d’excellence se limitent à cinq régions”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :