L’université au cœur du débat de 2012

23Mai11

Évidemment, l’actualité rend assez inaudibles les débats de fond en ce moment. Pourtant, petit à petit, les positions se décantent et les projets s’affinent. Et pas toujours dans le sens qu’on imagine…

Dans un récent « chat » du Monde.fr, le conseiller spécial  du président, Henri Guaino, classait la loi Pécresse et le Crédit Impôt Recherche comme deux des principales réformes du quinquennat. Un socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, admettait même que « l’autonomie des universités et le changement de pied sur l’investissement dans la recherche » étaient à porter au crédit de Nicolas Sarkozy.

Du côté de la majorité présidentielle, l’université a donc logiquement les honneurs du bilan que l’UMP a déjà fait du quinquennat.

Même chose dans l’état des lieux que l’Elysée publie également, avec un chapitre intitulé « donner la priorité absolue à l’intelligence et à l’innovation ». Paris-Saclay, présenté comme « l’un des meilleurs pôles scientifiques et technologiques du monde » (rien de moins) y devient l’incarnation de la nouvelle université française. Exemple pour le moins singulier quand on se remémore les difficultés à faire exister ce campus…

Omniprésente dans le bilan, l’université a pourtant purement et simplement disparu du projet 2012 du mouvement, coincée au sein du chapitre « Éducation ». Dans la droitisation actuelle de la pré-campagne, pas sûr que l’autonomie des étudiants ou l’augmentation du nombre des étrangers soient des éléments très porteurs…

A gauche, le parti socialiste vient d’organiser un « forum des Idées » avec un titre très rassembleur : « Construire l’avenir : la recherche et l’enseignement supérieur au cœur du changement » et un grand témoin qui vient de signer un livre avec la ministre : Axel Kahn.

La tonalité accommodante des interventions a largement escamoté le débat : le collectif Sauvons l’Université a décidé de boycotter la rencontre (ce qui n’est sans doute pas la meilleure façon d’alimenter la réflexion).

Le parti communiste s’est effarouché et Valérie Pécresse a eu beau jeu de soutenir à l’assemblée que le PS avait choisi de « conforter l’autonomie des universités » !

En écho, le secré­taire natio­nal du PS à l’enseignement supé­rieur, Bertrand Monthubert a expliqué que les socialistes entendaient surtout réformer la réforme en organisant des assises nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche qui déboucherait sur une loi de programmation « pour faire vivre cette auto­no­mie dans de bonnes conditions ».

En attendant que les propositions soient formalisées, la politique avec un petit « p » a pris ses aises. Et tant pis si elle est bien loin des enjeux. Pour le débat, le vrai, on attendra…

[mis à jour le 6 juillet : SLR assistait bien au Forum des idées du PS]

Publicités


2 Responses to “L’université au cœur du débat de 2012”

  1. 1 AUDIER Henri

    Bien que je partage beaucoup de vos opinions, votre affirmation suivant laquelle SLR n’avait pas fait le déplacement pour le forum de Toulouse est fausse puisque j’y suis intervenu mandaté, assez fermement du reste.
    Voir l’intervention :http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3492
    Henri Audier

    • 2 webmaster

      Autant pour moi effectivement, cette présence ayant donné lieu à de multiples débats. J’ai corrigé le post et vous présente mes excuses. J’en profite pour recommander un autre article intitulé « Qui, dans le PS, n’a toujours pas compris qu’il fallait une politique de rupture pour l’enseignement supérieur et le recherche ? », qui fixe bien le contexte d’un certain nombre de positions et de discussions, à gauche : http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article3508


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s