La Thaïlande et les dérives de la sélection

09Mar10

Les 23 universités thaïlandaises d’Etat, notamment médicales, sont de plus en plus nombreuses à mettre en place leur propre examen pour recruter les étudiants mais les critiques se multiplient contre les dérives qui y sont liées.

Cette sélection directe des établissements, organisée par l’Association des présidents d’université sans contrôle du législateur, concurrence le système national d’admission. Ce dernier, souvent jugé complexe, concerne chaque année près de 45 000 étudiants. Entre 2005 et 2008, le nombre d’admissions directes est, lui, passé de 52 000 à 72 000…

Avantage pour les étudiants des familles aisées : ils multiplient les inscriptions à l’examen (payantes) dans différentes facultés et aux organismes privés de préparation qui fleurissent dans tout le royaume. Les plus pauvres, eux, n’ont guère le choix…

Le vice-ministre de l’Education, Chaiwuti Bannawat, a annoncé récemment une timide réforme pour tenter de réguler les admissions, mais sans remettre en cause la liberté des établissements à mettre en place leur propre examen.

Publicités


No Responses Yet to “La Thaïlande et les dérives de la sélection”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s